À propos du Bouvier

N’ACHETEZ PAS UN BOUVIER des FLANDRES !

 Par Pam Green (c.1992) Êtes-vous intéressés à acheter un bouvier? Vous devez l’être sinon vous ne liriez pas ceci. Vous avez déjà entendu dire à quel point les bouviers des Flandres sont merveilleux. Eh bien, je crois que vous devriez aussi savoir, avant qu’il soit trop tard, que le BOUVIER N’EST PAS LA RACE PARFAITE POUR TOUT LE MONDE. La race possède quelques caractéristiques que certaines personnes trouvent charmantes, mais que d’autres personnes trouvent légèrement déplaisantes ou encore, que d’autres trouvent tout simplement intolérables.

Il existe des races différentes pour des besoins différents. Il y a plus de 200 races pures de chiens dans le monde. Vous seriez peut-être mieux avec une autre race. Vous seriez peut-être mieux avec un chat ou encore avec un poisson rouge, une perruche, un hamster ou une sorte de plante d’intérieur.

N’ACHETEZ PAS UN BOUVIER des FLANDRES SI VOUS ÊTES SURTOUT ATTIRÉ PAR SON APPARENCE.

L’apparence des bouviers des Flandres que vous avez vus dans l’enceinte dune ou de plusieurs expositions est le produit de plusieurs heures de baignade et de toilettage. Cette beauté soigneusement élaborée est fugace : quelques minutes de liberté, galopant dans les champs ou trottant sous la pluie la renvoient à son apparence naturelle. L’apparence naturelle du bouvier des Flandres est celle d’un gros chien de ferme hirsute, habituellement avec de la saleté et des brindilles accrochées à son poil hirsute. Son esthétique est celle d’un lit défait. Rappelez-vous que le surnom hollandais de la race, « Vuilbaard », veut dire « barbe sale ». La vraie beauté du bouvier des Flandres se trouve dans son caractère et non dans son apparence. Il y a plusieurs races dont la beauté naturelle dépasse de loin celle du bouvier des Flandres. L’apparence de certaines races à poil long et de plusieurs races à poil court dépend moins du toilettage que celle du bouvier des Flandres.

 

N’ACHETEZ PAS UN BOUVIER des FLANDRES SI VOUS NE VOULEZ PAS PARTAGER VOTRE MAISON ET VOTRE VIE AVEC VOTRE CHIEN.

 Le bouvier des Flandres est destiné à partager le travail de ferme et à passer la plupart de son temps à travailler avec la famille. Il se plait en votre compagnie et veut être partout où vous êtes. Il est parfaitement heureux quand il habite avec vous dans votre maison et quand il vous accompagne dans vos sorties. Alors qu’il tolère normalement la solitude à la maison (préférablement avec une porte à chien donnant accès à une cour clôturée), il ne devrait pas être relégué à la cour arrière ou au chenil. Un chiot exilé de la maison a de fortes chances de devenir insociable (peureux et/ou agressif sans provocation), indiscipliné, et malheureux. Il peut très bien développer des passe-temps tels que creuser ou japper, ce qui déplaira autant à vous qu’à vos voisins. Un adulte ainsi exilé serait tout aussi misérable. Si vous ne désirez pas profiter le plus possible de la camaraderie de votre chien, apprécier qu’il dorme dans votre chambre la nuit et partage plusieurs de vos activités le jour, vous devriez choisir une race moins orientée vers la compagnie humaine. Il en est de même, si votre emploi du temps ou d’autres obligations vous empêchent de passer beaucoup de temps avec votre chien. Aucun chien n’est vraiment heureux sans compagnie mais les chiens de meute tolèrent mieux d’être mis en enclos ou dans une cour, tant qu’ils sont en groupe de deux ou plus. Un meilleur choix serait un chat, puisqu’ils sont solitaires de nature.

 

 N’ACHETEZ PAS UN BOUVIER des FLANDRES SI VOUS N’AVEZ PAS L’INTENTION D’ ÉDUQUER (ENTRAÎNER) VOTRE CHIEN.

L’obéissance de base et les règles de la maison SONT INDISPENSABLES pour le bouvier des Flandres. Comme minimum absolu, vous devez lui apprendre à répondre sans hésitation aux commandements du rappel, du « couché », du « reste », et de la marche au pied avec ou sans laisse, malgré les tentations qui détournent son attention. Vous devez également lui apprendre à respecter les règles de la maison : par exemple, a-t-il le droit de monter sur les divans? A-t-il le droit de mendier à table? Ce que vous permettez ou interdisez importe peu; mais il est crucial que vous, et non le chien, fassiez ces choix et que vous renforciez vos règles constamment. Vous devez vous engager à assister à une série de leçons hebdomadaires de 8 à 10 semaines dans un club d’obéissance local ou chez un entraîneur professionnel et à faire une ou deux courtes sessions d’entrainement (5 à 20 minutes) par jour. À mesure que les « commandes » sont apprises, elles doivent être intégrées à votre vie quotidienne en étant utilisées à des moments appropriés et renforcées constamment. Les jeunes chiots bouviers des Flandres sont relativement faciles à entraîner : ils veulent plaire, ils sont intelligents et de nature calme, avec une durée d’attention relativement bonne. Une fois qu’un bouvier des Flandres a appris quelque chose, il a tendance à bien s’en souvenir. Votre mignon et doux petit bébé bouvier des Flandres grandira et deviendra un grand chien puissant avec une forte personnalité. Il sera confiant et déterminé à finir tout ce qu’il entreprend. S’il a grandi en vous respectant et en respectant vos règles, alors toute sa force physique et mentale travaillera en votre faveur. Mais s’il a grandi sans règle ni directive de votre part, il fera ses propres règles et ses forces physiques et mentales s’opposeront souvent à vos besoins et désirs. Par exemple : il pourrait vous traîner dans la rue comme s’il participait à une compétition de chiens de traîneau; il pourrait prendre la nourriture sur la table; il pourrait interdire à vos invités d’entrer dans SA maison

 Cet entraînement ne peut pas être délégué à quelqu’un d’autre, par exemple en envoyant le chien à une école d’entraînement, parce que la relation de respect et d’obéissance est personnelle entre le chien et la personne qui fait l’entraînement. Ceci est vrai pour tous les chiens à des degrés plus ou moins grands, mais certainement à un très grand degré pour les bouviers des Flandres. Alors que vous voudrez sans nul doute l’aide d’un entraîneur d’expérience pour vous apprendre à entraîner votre chien, il vous faudra entraîner votre bouvier des Flandres vous même. Quand chaque leçon sera bien apprise, le reste de la maisonnée (à l’exception des jeunes enfants) devra aussi travailler avec le chien et se faire obéir.

 La plupart des bouviers des Flandres qui s’échappent des fourrières et des refuges ont reçu très peu ou pas d’entraînement de base, ni en obéissance ni en leçons à la maison; pourtant, ces mêmes chiens répondent bien à l’entraînement quand ils sont dans leur foyer adoptif. Il est donc très probable qu’un manque d’entraînement est une cause importante de l’abandon de bouviers des Flandres.

 Si vous n’avez pas l’intention d’entraîner votre chien, préférablement durant sa jeunesse, vous seriez mieux avec une race petite et socialement soumise, par exemple un Berger Shetland. Un tel chien requiert aussi un entraînement, mais avec peu de difficulté vous irez beaucoup plus loin qu’avec un bouvier des Flandres.

 Par ailleurs, si votre but, en entraînement à l’obéissance, est de réussir dans la compétition de haut niveau (HIT, OTCh., et Gaines), vous devez savoir que le bouvier des Flandres ne fait pas partie de la demi-douzaine de races qui conviennent le mieux à ce genre de performance hautement sophistiquée. (Les bouviers des Flandres peuvent, par contre, avec un entraînement adéquat, exceller dans les compétitions de travail telles que l’agilité, le trait, le tracking, la protection et le rassemblement.)

 

N’ACHETEZ PAS UN BOUVIER des FLANDRES SI VOUS MANQUEZ DE « LEADERSHIP » (COMPORTEMENT DE CHEF).

 Les chiens ne croient pas en l’égalité sociale. Ils vivent sous une hiérarchie sociale dirigée par un chef de meute (Alpha). Le chien alpha est généralement bienveillant, affectueux, et non-tyrannique envers ses subordonnés; mais il n’y a jamais de doute ni pour lui ni pour ses subordonnés que l’alpha est en charge et qu’il établit les règles de la communauté. Quelle que soit la race, si vous n’assumez pas le leadership, le chien le fera tôt ou tard et avec un risque de conséquences déplaisantes pour le propriétaire qui a abdiqué ses prérogatives. Tout comme le chien non entraîné, le chien chef de meute fait ses propres règles et les impose aux autres membres du groupe au moyen de postures physiques dominantes et d’un regard dur, suivis d’un grondement, ensuite, si cela est nécessaire pour se faire obéir, il renversera le chien ou le mordra. Les races diffèrent en tendance de dominance sociale; et le comportement des individus au sein d’une même race diffère considérablement. Le bouvier des Flandres a une personnalité socialement dominante. Vous ne pouvez vraiment pas permettre à un bouvier des Flandres de devenir votre chef. Vous n’avez pas besoin d’avoir la personnalité ou les manières d’un Sergent de la marine, mais vous devez avoir le calme, la conduite et l’assurance en soi du parent prospère (« Parce-que je suis ta mère, voilà pourquoi! ») ou du professeur d’école primaire qui a du succès. Si vous croyez avoir de la difficulté à vous affirmer calmement et avec confiance pour exercer votre leadership, alors choisissez une race connue pour sa disposition naturelle a être soumise, un Golden Retriever ou un Berger Shetland par exemple, et demandez à l’éleveur de vous sélectionner un des chiots les plus soumis de la portée. Si même l’idée « d’être le boss » vous fait peur ou vous répugne, n’ayez pas de chien du tout. Les chats n’attendent pas de leadership. Un oiseau ou un hamster en cage, un poisson rouge ne nécessitent pas de leadership ou des règles de maison. Le leadership et l’entraînement sont indissociables : Votre leadership vous permet d’entraîner votre chien; et se faire entraîner par vous renforce sa perception que vous êtes le membre alpha de la meute.

  

N’ACHETEZ PAS UN BOUVIER des FLANDRES SI VOUS N’APPRÉCIEZ PAS LA VALEUR DE LA CAMARADERIE DÉCONTRACTÉE ET DE L’AFFECTION CALME.

 Un bouvier des Flandres devient profondément attaché et dévoué à sa propre famille, mais ne « porte pas son cœur sur la main ». Certains bouviers des Flandres sont remarquablement réservés, d’autres sont plus extravertis, mais peu d’adultes démontrent habituellement leur affection de façon exubérante. Ils aiment être près de vous, habituellement dans la même pièce, préférablement sur un petit coussin confortable dans un coin ou sous une table, simplement en « vous tenant compagnie ». Ils aiment les conversations, les caresses et viennent se coller quand vous le leur proposez, mais ils sont modérés et non-impérieux lorsqu’ils viennent demander votre affection. Ils sont émotionnellement sensibles envers leurs humains préférés : lorsque vous êtes joyeux, fier, fâché ou triste, votre bouvier des Flandres le percevra immédiatement il s’en croira la cause. La relation peut être d’une grande douceur, profonde et subtile; c’est une relation de niveau « adulte à adulte », bien que non dépourvue de gaité. Lorsque ils sont chiots, bien sûr, ils seront plus dépendants, plus enjoués et plus démonstratifs. En somme, les bouviers des Flandres tendent à être des chiens tranquilles et réfléchis plutôt que des clowns écervelés ou des sycophantes (braillards).

Nombre de races montrent, une fois adultes, un comportement plus immature et enjoué, je citerai par exemple le Berger Australien, le Malamute et d’autres. Plusieurs d’entre eux sont bien plus dramatiquement démonstratifs et/ou plus dépendants, voire même collants, par exemple, le Golden Retriever.

 

 N’ACHETEZ PAS UN BOUVIER des FLANDRES SI VOUS ÊTES POINTILLEUX POUR LA PROPRETÉ DE VOTRE DEMEURE.

 La fourrure dense et hirsute du bouvier des Flandres et son amour pour les flaques d’eau et la boue se combinent pour en faire un redoutable transporteur de saleté, déposant du sable sur vos planchers, vos tapis, votre mobilier et vos vêtements. Un bouvier des Flandres rentrant dans la maison après quelques minutes à l’extérieur par une journée pluvieuse peut changer une maison immaculée en une soue à cochons. Sa barbe dense absorbe de l’eau chaque fois qu’il boit et relâche ensuite des gouttes de saleté sur le plancher, à moins qu’il ne s’essuie sur vos cuisses. (Il est toutefois possible de lui couper la barbe et de lui raser les pieds afin de réduire les dégâts.) Même s’il est techniquement vrai que les bouviers des Flandres ne muent pas, le processus de toilettage fera voler des balles de poils à travers la maison, à moins de nettoyer directement votre peigne au dessus de la poubelle. Je ne veux certes pas insinuer que vous devez être un rustaud ou un souillon pour vivre heureux avec un bouvier des Flandres, mais il vous faudra admettre que la compagnie de votre chien vaut mieux que la netteté et vous devrez accepter de vous sentir confortable dans une maison pas vraiment impeccable.

 Tous les chiens, comme d’ailleurs tous les enfants, causent inévitablement plus ou moins de dégâts dans une maison, mais, à l’exception des bergers anglais, presque toutes les autres races de chien donnent moins de soucis que le bouvier des Flandres de ce côté là. Le Basenji est sans doute le plus propre en raison de ses habitudes semblables à celles du chat; mais les chats sont encore plus propres que les chiens et les poissons rouges salissent très rarement la maison.

 

 N’ACHETEZ PAS UN BOUVIER des FLANDRES SI VOUS ÊTES FASTIDIEUX SUR LES ODEURS DÉPLAISANTES.

 Les bouviers des Flandres font partie des races de chiens les plus flatulentes. Même si le volume et l’arôme des émissions dépendent en partie de la qualité de la nourriture, environ une demi-heure après un repas, votre nez est informé de la digestion de votre animal (Comme la période maximale d’émissions ne dure qu’une demi-heure à une heure, il ne serait pas irraisonnable de placer le chien à l’extérieur dans une cour clôturée pour cette période. La fourrure du bouvier des Flandres, lorsque elle est mouillée, a tendance à dégager une odeur plutôt marécageuse. Un bouvier des Flandres mouillé confiné dans une voiture ou dans une petite pièce pendant environ une heure peut créer un arôme perceptible par les moins sensibles. Certaines personnes considèrent que la barbe du bouvier des Flandres a une odeur remarquablement déplaisante même lorsqu’elle est sèche et récemment toilettée. La barbe du bouvier des Flandres tend à retenir les particules de nourriture, qui bientôt deviendront offensantes pour les narines si elle n’est pas lavée fréquemment.

 Presque toutes les races à poils courts, autres que les lévriers (hounds) ou les Chesapeake, ou chiens rapporteurs (à poils huileux), ont moins tendance à’ offenser le nez par l’odeur de leur fourrure ou de leur corps. Je suis certaine que plusieurs autres races sont moins flatulentes, mais il est difficile d’obtenir de l’information fiable puisque peu de propriétaires sont prêts à discuter du problème.

 

 N’ACHETEZ PAS UN BOUVIER des FLANDRES SI VOUS N’AIMEZ PAS FAIRE UN TOILETTAGE RÉGULIER.

 La fourrure dense et hirsute du bouvier des Flandres requiert un toilettage régulier, non seulement pour conserver une apparence suffisamment correcte, mais aussi pour préserver la bonne santé de la peau sous-jacente et pour détecter et retirer de la fourrure les chardons, les tiques et autres insectes indésirables et dangereux. Pour le toilettage d’un « chien de maison », vous devez prévoir 10 à15 minutes (par exemple, en écoutant de la musique ou en regardant la télévision) si vous toilettez le chien tous les deux jours, ou bien, une demi-heure si vous le faites deux fois par semaine. Évidemment, chaque fois que votre bouvier des Flandres se frôle aux chardons, aux framboisiers ou autres plantes ou arbustes qui adhèrent à la fourrure, vous êtes assurés de passer une heure ou plus à essayer de retirer les épines et les brindilles. Durant la saison de l’ « oxtail », (États-Unis de l’ouest), vous devez inspecter les pieds et autres régions vulnérables chaque jour. Le toilettage du « chien de maison » ne requiert pas beaucoup de talent, mais nécessite du temps et de la régularité. Garder la fourrure courte ou semi-courte réduit de façon substantielle le temps de toilettage, mais n’élimine pas le besoin de régularité. Le toilettage d’ « exposition » (concours de beauté) requiert beaucoup plus de talent et infiniment plus de temps et d’effort. Ce super toilettage peut aussi être fait par un professionnel qu’il faudra rémunérer.

 Presque tous les bouviers des Flandres provenant de fourrières ou de refuges, démontrent les effets de plusieurs mois de « non-toilettage », On constate une massive et horrible saleté, avec parfois de l’urine et des fèces cimentées à la fourrure de l’arrière-train..Le manque de volonté concernant les soins à donner à la fourrure serait une des causes principales d’abandon.

 Plusieurs autres races de chien nécessitent moins de toilettage; les races à poils courts en exigent très peu. Le Rottweiler a un tempérament et une personnalité similaires à ceux du bouvier des Flandres, mais requiert peu de toilettage.

 

 N’ACHETEZ PAS UN BOUVIER des FLANDRES SI VOUS N’AIMEZ PAS L’EXERCICE PHYSIQUE QUOTIDIEN.

 Le bouvier des Flandres a besoin d’exercice pour maintenir la santé de son cœur et de ses poumons et maintenir sa masse musculaire. À cause de son tempérament tranquille, décontracté et souvent paresseux, votre bouvier des Flandres ne se donnera pas assez d’exercice à moins que vous l’accompagniez ou que vous jouiez avec lui. Un bouvier des Flandres adulte devrait avoir tous les jours une sortie matinale d’un mile ou plus, soit que vous marchiez, courriez ou fassiez de la bicyclette à ses côtés, plus une sortie similaire le soir. Pour un chiot, des promenades plus courtes et plus lentes plusieurs fois par jour sont préférables pour son exercice et pour l’entraînement à la propreté.

 Tout chien a besoin de faire de l’exercice, plus ou moins et plus ou moins longtemps selon l’âge et la race. S’il ne vous est pas possible de lui procurer cet exercice, quelle qu’en soit la raison, prenez plutôt comme chien une de ces nombreuses petites races pleines d’énergie et votre animal pourra faire son exercice tout seul à l’intérieur de votre cour clôturée. La plupart des Toys (chiens Jouets) et des Terriers correspondent à cette définition, mais ne soyez pas surpris qu’un Terrier soit enclin à creuser le sol puisque creuser à la poursuite de rongeurs est le travail pour lequel ils ont été conçus et reproduits. Les chats peuvent faire de l’exercice à l’intérieur de la maison avec des jouets comme une souris en peluche attachée à une corde. Les hamsters s’exercent eux-mêmes dans une roue de métal. Les plantes d’intérieur n’ont pas besoin d’exercice.

 

 N’ACHETEZ PAS UN BOUVIER des FLANDRES SI VOUS CROYEZ QUE LES CHIENS DEVRAIENT COURIR EN TOUTE « LIBERTÉ».

 Que vous habitiez en ville ou à la campagne, aucun chien ne doit être laissé en liberté à l’extérieur de la clôture de votre propriété sans votre supervision et votre contrôle immédiat. Le prix de cette « liberté » est inévitablement la blessure ou la mort : par une bataille entre chiens, par une automobile, par la fourrière ou par des voisins en colère. Même si le bouvier des Flandres est un chien qui aime sa maison et même s’il est moins enclin à errer que la plupart des autres races, il aura fatalement un accident s’il est laissé à lui-même en dehors de votre clôture. Tout comme d’autres races développées pour le travail du bétail, la plupart des bouviers des Flandres ont hérité d’un fort « instinct de rassemblement », ce qui est un instinct renforcé et légèrement modifié à poursuivre et capturer des proies larges et convenables. Le bouvier des Flandres courant librement la campagne découvrira tôt ou tard la ferme du voisin (moutons, bétail, chevaux, volailles) et répondra à l’urgence génétique qui le pousse à pourchasser et harceler ces animaux. La Loi accorde presque toujours le droit au propriétaire d’un troupeau de tuer un chien pourchassant ou « inquiétant » son troupeau et presque tous les propriétaires de troupeaux sont rapides à agir sur ce point! Le bouvier des Flandres de ville laissé libre exercera probablement son instinct atavique de rassemblement sur des joggeurs, cyclistes et automobilistes. Toutefois, un bouvier des Flandres bien entraîné à l’obéissance pourra jouir d’une liberté limitée et supervisée de promenade sans laisse avec vous dans des environnements sélectionnés.

 Si vous ne pouvez prendre la responsabilité de confiner et de superviser votre animal de compagnie, c’est qu’aucune race de chien ne vous convient. Un chat stérilisé survivra sans doute un peu plus longtemps qu’un chien à une telle irresponsabilité, mais pourra devenir neurasthénique. Une meilleure solution pour ceux qui veulent absolument que leurs animaux soient « libres » serait d’installer des stations de nourriture pour les animaux indigènes, tels que les ratons-laveurs, qui visiterons ces lieux de distribution et qui tolèreront peut-être éventuellement votre observation rapprochée.

 

 N’ACHETEZ PAS UN BOUVIER des FLANDRES SI VOUS NE POUVEZ PAS FINANCIÈREMENT VOUS PERMETTRE D’EN ACHETER UN, DE LE NOURRIR ET DE LE SOIGNER.

 Le bouvier des Flandres est une race dont le prix d’achat est élevé, En effet, un élevage qui se préoccupe particulièrement du tempérament des chiens, de leur santé (en ce qui concerne les hanches en particulier) et qui sélectionne des lignées faciles à entrainer, doit supporter des frais importants. Le temps que l’éleveur doit consacrer à la pré-éducation et à la socialisation de chaque chiot est également coûteux. Le chiot « bon-marché » provenant d’un « éleveur de fond de cour » accouplant, sans sélection, deux bouviers des Flandres quelconques pourrait très bien s’avérer en définitive extrêmement cher (mauvais tempérament, mauvaise santé et manque d’une socialisation essentielle). D’autre part, un chien adulte ou un chiot plus âgé est parfois disponible à un prix modeste chez un propriétaire désenchanté ou un éleveur, refuge ou « sauveteur » qui a recueilli un chien abandonné; la plupart de ces bouviers des Flandres «de seconde main » peuvent devenir de merveilleux chiens pour vous si vous leur donnez un entraînement et montrez du leadership et de la compréhension.

 Quelque soit le coût initial de votre bouvier des Flandres, son entretien sera dispendieux. Comme ils sont de grands chiens, les bouviers des Flandres mangent de gros repas. (Dois-je ajouter que ce qui entre d’un côté doit fatalement sortir de l’autre ?) Les grands chiens ont tendance à produire de plus grandes factures vétérinaires puisque la quantité d’anesthésie et de la plupart des médicaments est proportionnelle au poids corporel. La stérilisation, plus coûteuse chez les chiens plus grands, est une dépense essentielle, à recommander pour pratiquement tous les bouviers des Flandres de compagnie puisque cette opération enlève le souci de l’accouplement accidentel, prévient de sérieux problèmes de santé quand le chien vieillit et fait de votre chien un compagnon plus plaisant. Les bouviers des Flandres sont sujets à deux problèmes de santé qui peuvent être coûteux à traiter : la dysplasie des hanches et la torsion d’estomac (votre meilleure assurance contre la dysplasie serait de n’acheter votre chiot que d’une portée dont les parents et (si possible) les grands-parents ont été certifiés OFA). Oui, en général ça veut dire que l’on devra débourser davantage. Malgré la possibilité d’une prédisposition génétique pour la torsion d’estomac, il n’existe pas de test permettant un élevage sélectif pour l’éviter. La meilleure prévention serait de ne pas nourrir votre chien trop tôt avant ou après un exercice violent. Le toilettage professionnel, si vous l’utilisez, est dispendieux. Un équipement adéquat d’outils de toilettage pour utilisation à la maison est relativement onéreux somme, mais une fois acheté il durera plusieurs vies de chien. Enfin, la modeste somme requise pour la participation à une série de classes d’entraînement de base à l’obéissance est un investissement essentiel si vous désirez cohabiter harmonieusement avec votre chien. Ces frais sont les mêmes pour chaque race, mais vous devrez probablement voyager un peu plus loin afin de trouver un professeur compétent pour les grandes races comme le bouvier des Flandres. Les modestes coûts des vaccinations annuelles et de la licence municipale sont généralement les mêmes pour toutes les races, Toutefois, quelques villes accordent des coûts moins élevés aux chien stérilisés.

Les chiens, quelque soit leur race ou le prix de leur acquisition, nécessitent des coûts non négligeables d’entretien et sont susceptibles d’avoir besoin de soins vétérinaires très coûteux. Il en est d’ailleurs de même pour les chats.

 

 N’ACHETEZ PAS UN BOUVIER des FLANDRES SI VOUS VOULEZ « LE PLUS À LA MODE, LE MEILLEUR ET LE PLUS FÉROCE CHIEN D’ATTAQUE TUEUR ».

 Les qualités du bouvier des Flandres en tant que chien de protection personnelle et que chien policier ont été justement publicisées mais aussi parfois exagérées de façon dramatique, le bouvier des Flandres n’a pas plus de capacités dans ce domaine qu’une douzaine d’autres races de chiens de protection et tous les bouviers des Flandres n’en sont pas également capables: certains le sont très fortement, d’autres, plus modérément, mais plusieurs d’entres eux ont une capacité naturelle insuffisante pour un tel travail. Étant donné son tempérament plutôt décontracté, le bouvier des Flandres met un peu plus de temps à réagir agressivement à une menace que le feraient la plupart des autres races de protection. Par contre, et pour la même raison, il est probablement plus facile pour son manieur de contrôler un bouvier des Flandres et plus facile de l’empêcher de mordre ou de le faire arrêter au commandement.

Quelque soit la race du chien, avant qu’il puisse être entraîné à la protection de façon sécuritaire, il doit avoir un grand respect pour le leadership de son manieur et doit être solidement entraîné en obéissance de base par ce même manieur. Il est tout aussi essentiel qu’il ait un tempérament d’une stabilité et d’une solidité à toute épreuve et il doit également avoir été assez « socialisé » parmi le monde extérieur pour savoir que la plupart des gens sont amicaux et inoffensifs. Ce point est important pour qu’il puisse apprendre à distinguer les mauvaises personnes des bonnes. Même avec un tel chien, un entraînement de protection sécuritaire exigera plusieurs centaines d’heures de travail dévoué de la part du manieur; une grande partie de cet entraînement s’effectuera sous la supervision d’un entraîneur possédant une profonde expertise. Je vous en prie, n’achetez aucun chien à des fins de travail de protection à moins que vous soyez absolument conscient de l’énorme quantité de travail que vous devrez fournir. Aussi, parlez-en d’abord à votre avocat et à votre compagnie d’assurance.

Contrairement au chien de protection, entraîné à mordre au première ordre ou par réaction à l’agression physique dont son maître est victime, le « chien dissuasif », fait fuir la grande majorité des cambrioleurs, violeurs et aspirants assaillants par sa seule présence, son apparence et son comportement. En voyant le chien, un malfaiteur potentiel décide simplement de trouver ailleurs pour une victime moins risqué.

Pour ce travail, tout ce qui est nécessaire est un gros chien qui semble bien entraîné et sans peur. Le bouvier des Flandres peut jouer ce rôle de manière admirable, possédant en plus, une couleur généralement sombre et une apparence hirsute et « bestiale » qui ajoute à l’impression d’animal redoutable et sans crainte qu’il dégage naturellement. Si on a appris au chien à aboyer quelques fois au commandement, par exemple: « Brutus, surveille-le! » plutôt que « Fifi, parle pour un biscuit ! », ce truc peut être pratiqué pour augmenter considérablement l’effet de dissuasion.

 D’autres races de chien conviennent tout aussi bien à la protection ou à la dissuasion : On peut citer le Doberman, le Rottweiler, le Berger Allemand, le Briard et les Bergers Belges (Groenendael, Tervuren et Malinois). Parmi ces chiens, les trois premiers sont reconnus par le public en tant que « chiens policiers » et sont probablement bien plus craints par la plupart des criminels potentiels que le serait le bouvier des Flandres. Le Malamute lui, malgré qu’il ne convienne pas à la protection est très efficace pour la dissuasion à cause de son apparence très semblable à celle du loup.

 

 N’ACHETEZ PAS UN BOUVIER des FLANDRES SI VOUS VOULEZ UN CHIEN N’AYANT AUCUNE AGRESSIVITÉ NI INSTINCT DE PROTECTION.

 La plupart des bouviers des Flandres ont une personnalité déterminée et confiante. Lorsqu’il est confronté à une menace, un bouvier des Flandres normal sera plus disposé à se battre qu’à fuir. Par conséquent, il pourrait avoir une réponse agressive dans une situation où la plupart des autres races reculeraient. La plupart des bouviers des Flandres ont une certaine tendance à se montrer agressifs pour repousser les étrangers sur leur territoire (par exemple, votre maison) et pour riposter à des agressions portées sur leur meute (vous et votre famille). S’il n’a pas d’entraînement et s’il n’y a pas de leadership de votre part pour le guider, le chien ne saura pas qui repousser et qui tolérer. Tôt ou tard, il pourrait blesser une personne innocente qui vous attaquera en justice avec succès et vous prendra tout ce que vous possédez. Avec un bon entraînement et du leadership de votre part, ce même chien pourrait être extrêmement valable en tant que protecteur de votre maison et de votre famille. (Voir aussi les remarques concernant la stabilité et la socialisation plus haut.)

 Si vous n’éprouvez pas le besoin d’avoir un chien au tempérament fort ou si vous doutez de votre habileté, de votre capacité ou de votre volonté à le socialiser, alors, je vous en prie, choisissez une des nombreuses races bien connues pour leur tempérament aucunement agressif, tels le Berger Shetland ou le Golden Retriever.

 

 N’ACHETEZ PAS UN BOUVIER des FLANDRES SI VOUS NE VOULEZ PAS VOUS ENGAGER POUR LA TOTALITÉ DE LA VIE DU CHIEN.

 Aucun chien ne mérite d’être délaissé parce que ses propriétaires veulent déménager dans un appartement n’acceptant pas les animaux; ou parce qu’il n’est plus le petit chiot mignon qu’on a acheté ou parce qu’en grandissant, il n’a pas tenu ses promesses et ne pourra jamais gagner un concours de beauté; ou bien encore parce que ses propriétaires, par manque de leadership et d’entraînement l’ont laissé devenir un adolescent délinquant dont le comportement est indésirable. Les perspectives d’une seconde maison affectueuse et responsable pour un chien dont le propriétaire ne veut plus ne sont jamais bonnes; mais elles le sont encore moins pour un gros chien broussailleux ayant de mauvaises manières. Un bouvier des Flandres abandonné à la fourrière ou dans un refuge n’a presque aucune chance de survie, à moins qu’il ait la merveilleuse bonne fortune d’être remarqué par une personne dédiée au bouvier des Flandres Rescue (programme de sauvetage de bouviers des Flandres). Les perspectives d’adoption pour un bouvier des Flandres plutôt jeune, bien entraîné et bien toiletté dont le propriétaire recherche l’assistance du Club de bouvier des Flandres ou du groupe de Rescue le plus près de son domicile sont plutôt bonnes; par contre, un bouvier des Flandres plus âgé a des perspectives moins favorables. Contactez votre club de bouvier des Flandres ou le groupe de Rescue local si vous êtes diagnostiqué comme étant en phase terminale d’une maladie ou si vous avez des raisons tout aussi valables de chercher un foyer adoptif pour votre animal. Contactez votre club de bouvier des Flandres local si vous commencez à éprouver des difficultés pour l’entraînement de votre bouvier des Flandres afin qu’elles puissent être résolues. Faites des arrangements dans votre testament ou avec votre famille afin d’assurer des soins continus ou un foyer adoptif pour votre bouvier des Flandres si vous décédez avant lui.

 La longévité d’un bouvier des Flandres se situe entre 10 et 15 ans. Si cela vous semble une trop longue durée pour assurer une loyauté sans équivoque à votre bouvier des Flandres, alors je vous en prie, ne vous en procurez pas un! En fait, puisque la majorité des chiens possèdent une longévité aussi grande sinon davantage que celle du bouvier des Flandres, il est préférable que vous n’ayez aucun chien!

 

 EN CONCLUSION

 Si toutes les « mauvaises nouvelles » que nous venons de voir ne vous ont pas détourné de la race, alors n’hésitez plus, PROCUREZ-VOUS UN BOUVIER DES FLANDRES ! Ils sont tout aussi merveilleux que vous l’avez entendu dire!

 Si vous achetez un chiot, magasinez soigneusement afin de trouver un éleveur responsable et bien informé qui place en toute priorité un tempérament sain, la facilité d’entraînement et une bonne santé. Cet éleveur interrogera et éduquera les acheteurs potentiels avec soin. Il continuera à être disponible pour des conseils et des consultations pendant toute la vie du chien et insistera qu’on lui retourne le chien si jamais il vous était impossible de le garder.

 Toutefois, il y a une alternative à l’achat d’un chiot bouvier des Flandres, vous voudrez peut-être considérer sérieusement l’adoption d’un bouvier des Flandres Rescue. Malgré l’irresponsabilité de leurs propriétaires précédents, pratiquement tous les bouviers des Flandres « sauvés » ont démontré une grande volonté d’ adaptation et sont devenus de superbes compagnons dans des foyers adoptifs responsables et affectueux. Plusieurs « adopteurs » sont des entraîneurs talentueux qui évaluent le tempérament des chiens et fournissent un entraînement-remède avant d’en permettre le placement. Par la suite, ils offrent un support de conseils. Contactez les éleveurs de bouviers des Flandres ou les membres du club de bouviers des Flandres local pour savoir qui fait le travail de Rescue.

 

 LE MOT DE LA FIN

 J’ai écrit cet article il y a déjà 10 ans. C’est devenu un classique de la littérature du bouvier des Flandres, il a été réimprimé de nombreuses fois. Depuis, j’ai consacré près de 5 ans au Rescue de bouviers des Flandres en sauvant, réhabilitant et plaçant personnellement 3 ou 4 bouviers des Flandres par an et en aidant à en placer d’autres. Très peu de révisions étaient nécessaires pour cette nouvelle édition.

 Pour plus d’informations si vous désirez sauver un bouvier des Flandres, veuillez contactez (en anglais):

Pam Green

Du Clos de la Fourrière

9269 Mace Blvd.

Davis, CA 95616-9602

(530) 756 – 2997

%d blogueurs aiment ce contenu :